COUP DE PROJECTEUR DU MOIS

 

 Les coups de projecteur des mois précédents sont archivés dans Parcours de Mémoire.

Novembre 2018

Ils sont revenus vivants : Privat ALAUX, Antoine CLAVEL, Augustin VIDAL

11 Novembre 1918 ne signifie pas retour immédiat des soldats dans leurs  foyers. La démobilisation s’est faite sur plusieurs mois en 1919, en commençant par les classes les plus anciennes.

Parmi ces classes nous avons déjà  évoqué l’histoire de Joseph SINÈGRE, classe 1888, le soldat mobilisé le plus âgé de Trélans .

Classe 1889, trois autres soldats ont eu la vie sauve. Ils ont plusieurs points communs. Nés à Trélans, ils avaient quitté leur village pour trouver du travail en région parisienne ou en province. D’autre part leur patronyme n’est plus représenté dans le village de nos jours.

Privat Augustin ALAUX

Il est né le 19 août 1869 à Noubloux.  Il est fils d’Antoine ALAUX et de Marie Anne TOYRON. Son oncle Joseph ALAUX signe comme témoin dans son acte de naissance, Privat est donc le cousin du soldat ALAUX  Mort pour la France.

Son registre matricule nous le décrit comme un brun aux yeux gris, mesurant 1m66. Son degré d’instruction est 2. Il a fait 3 ans de service militaire dans le 81e de ligne. Mobilisé dans un Régiment d’Infanterie Territoriale, le 2 août 1914, il habite alors la région parisienne, Châtillon depuis 1895, puis Paris depuis 1901. Le 28 février 1917  il est « détaché dans ses foyers comme agriculteur ». Le registre matricule n’indique pas s’il revient à Trélans.

 

Antoine CLAVEL

Il est né le 16 avril 1869 à Montfalgous. Il est le fils de Dominique CLAVEL 44 ans, « absent » et de Marie Anne GERMAIN. Il fait un an de service militaire, dispensé des 3 ans réglementaires en raison de l’absence de son père.

Au moment de la conscription il est commis-greffier, son degré d’instruction est 3, ce qui est relativement élevé. Son registre matricule nous le décrit châtain au nez fort et au visage ovale, il mesure 1m57.

Il est mobilisé le 2 août 1914 dans le 52e RIT. En 1917, il est classé dans le service auxiliaire par la Commission de réforme pour asthénie générale. Il est renvoyé dans ses foyers le 24 juillet 1917 et se retire à Limoges. Il percevra une pension pour bronchite emphysémateuse légère.

 

Augustin VIDAL

 

Il est né le 8 mai 1869 à Trélans. Il est le fils de Jean-Baptiste VIDAL et de Sophie BRINGER. Il est berger au moment de la conscription. C’est un brun aux yeux gris qui mesure 1m67. Son degré d’instruction est 2. Il fait 3 ans de service militaire dans le 81e de ligne.

Il est mobilisé le 2 août 1914 et affecté à la garnison de la Place de Paris où il habite depuis 1895.

Le 29 octobre 1917, il est « placé en sursis d’appel illimité comme cocher, maison Allez frères, à Paris avenue Victoria ».

 

Ces soldats qui  ont 45 ans au moment de la mobilisation, ont été en général, affectés à des postes moins exposés. Il n’en reste pas moins que la guerre fut sans doute un bouleversement dans leur vie familiale.